13 septembre, lacs de Quinson et d’Esparon du Verdon

Mise à l’eau 7h45, sortie 12h45
Température de l’eau : de 13 à 17°C selon les zones
10km parcourus, 74 cumulés
Mistral, soleil

Bruno : Inquiétude, peu de réseau téléphone et radio sur cette étape, disfonctionnement de la balise GPS : aucun suivi possible, et aucune sortie envisageable pour Nelly dans le canyon en cas de problème. L’eau est froide et la solitude totale avant 10h, où arrivent les premiers touristes nautiques.

Nelly : La perte de poids prévue est bien là avec un peu de retard. Courbatures et tendinites se font sentir, mais l’étape en vaut bien la peine. 9 km de gorges où je nage entre des falaises blanches, la terre ocre et le ciel clair. Les oiseaux sont partout, hirondelles des rochers, pigeons dans les baumes, hérons, canards… c’est une véritable escorte. Dans les falaises des trous noirs, grottes béantes sur le passé, habitats de multitudes de créatures bien présentes, et j’ai conscience que beaucoup d’entre elles ont constitué des habitats préhistoriques.
Alors que je jouis de ma solitude et mange quelques fruits secs au sommet d’un arbre, un chêne énorme noyé par le Verdon endigué, les premiers touristes arrivent et me regardent un peu étonnés. Rencontre incroyable dans ces eaux vertes : des méduses ! Photos à l’appui, ces créatures fragiles et gracieuses sont arrivées là je ne sais comment et ne sont pas urticantes. Des gros bivalves aussi, qu’on dénomme couramment moules d’eau douce ici.
Bruno m’attend en kayak à la sortie des gorges. Sortie de l’eau au village d’Esparon du Verdon, fatiguée et heureuse.